Est-ce que vous pouvez imaginer être sur le point d’obtenir une place sur l’èquipe olympienne de ski des Etats-Unis et voir tous vos rêves s’écrouler dans une seconde à cause d’une blessure? C’est ce qui est arrivé à Molly Bloom. Qu’est-ce que vous feriez après cela? L’histoire assez remarquable a été adapté en film intitulé « Molly’s Game », réalisé par Aaron Sorkin qui est connu pour avoir écrit le scénario de « The Social Network ». Cette fois-ci, plutôt qu’écrire seulement le scénario, Aaron Sorkin est aussi passé derrière la caméra.

La première scène du film est brillante. Molly (interprété par Jessica Chastain) descend une piste de ski à toute allure. On devine grâce à la voix-off de Molly (un procédé narratif qu’emploi souvent Sorkin) que quelque chose de terrible est sur le point d’arriver et nous attendons tous avec le souffle coupé l’incident qui mettra fin à la carrière sportive de Molly Bloom. Nous savions tous que ça allait se passer, mais ça n’a pas empêché tout le cinéma de tressaillir en même temps. Après cet incident, Molly décide d’abandonner ses rêves Olympiens et déménage à Los Angeles pour être serveuse. Peu de temps après elle rencontre un horrible agent immobilier nommé Dean et devient son assistante. Dean lui demande d’organiser un jeu de poker avec quelques uns des plus grandes célébrités d’Hollywood. Bientôt, Molly commence à gagner une somme d’argent assez considérable grâce aux pourboires et apprécie vraiment sa nouvelle vie. Après un certain temps, Molly coupe les ponts avec Dan et décide d’organiser ses propres jeux de poker à New York et à Los Angeles avec des quantités énormes d’argent en jeu. À son insu, des membres de la Maffia Russe participent dans ses jeux de poker, ce qui attire l’attention de l’IRS.

À mon avis, la deuxième moitié du film n’est pas à la hauteur de la première partie. En effet, les jeux de poker sont tellement excitants que la tension est palpable. Tour après tour nous voyons le «joueur x » (joué par Michael Cera) en train de battre les autres joueurs et gagner tout leur argent. Détrompez vous, ne vous laissez pas embobinés par le visage angélique de Michael Cera. Celui-ci n’interprète pas un personnage doux et gentil comme nous avions vu dans « Juno » (2007). Et non ! Au premier abord c’était assez surprenant de voir Michael Cera en train de jouer un personnage si méchant mais finalement je l’ai trouvé assez convaincant. D’une certaine façon c’était assez amusant de voir la délectation sur son visage lorsqu’il réussissait à prendre l’argent des autres.

Bien sûr, Jessica Chastain est elle aussi fantastique et interprète très bien le personnage de Molly Bloom. Au cours de la première moitié du film nous la voyons devenir petit à petit accroc à ce monde glamour et au pouvoir qu’elle détient sur les joueurs. Molly aurait pu paraître arrogante mais Chastain parvient à éviter ceci en ajoutant une certaine vulnérabilité au personnage.

Je dirais que le moment où j’ai commence à décrocher et que le tempo du film a commencé à stagner est quand Molly cède finalement à la tentation et enfreins la loi. En effet, elle commence à prendre un pourcentage du pot alors que ceci est illégal dans les jeux de Poker. Le film a atteint son apogée. Molly est arrêté et doit se présenter au tribunal. À mon avis ces scènes (ainsi que celles entre Molly et son père) son assez ennuyeuses et contrastent avec l’excitation du début du film. Cela étant dit, j’ai apprécié l’interprétation d’Idris Elba en tant qu’avocat sympathique de Molly. Bien que je n’ai pas apprécié la deuxième moitié du film autant que la première partie, je dirais que ce film est quand même agréable à voir et que vous devriez le voir si vous êtes fan de Aaron Sorkin.

 

Close
Go top UA-100342494-1