Si vous êtes anglais, comme moi, c’est fort possible que vous connaissiez le film Withnail and I. Soit vous l’avez regardé un million de fois, soit vous avez entendu votre famille ou vos amis en parler. Bien que Withnail and I date de 1987, ce type d’humour britannique n’a pas vieilli. À mon avis, le comédien britannique Noel Fielding a même  basé son personnage sur « Danny the drug dealer » !

Le film parle de deux acteurs sans emploi (joués par les fabuleux Richard E.Grant et Paul McGann) qui dépensent le peu d’argent qu’ils ont sur de l’alcool et vivent dans l’appartement le plus misérable au monde. Leur seul ami (à part les créatures qui habitent leur appartement dégoutant) semble être « Danny the drug dealer ». Bien sûr, ceci n’est pas votre dealer de drogues typique mais un homme à la voix très douce responsable pour une invention absurde nommée le « Camberwell Carrot » (un joint de 45 centimètres de long fait avec 12 papiers). Bien sûr, ceci est une grosse bêtise et ne devrait pas être reproduit.

Un jour, Withnail et Marwood décident qu’ils ont besoin de partir en vacances. Heureusement pour eux, Withnail parvient à obtenir la clé du cottage de son oncle Monty, localisé à la campagne. Même si Withnail exagère beaucoup, je suis sûre qu’il existe beaucoup de Londoniens qui vivent aussi dans des conditions misérables et qui veulent désespérément s’échapper de Londres. Malheureusement, lorsque Withnail et Marwood arrivent au cottage ils réalisent que leur séjour ne sera pas aussi plaisant qu’ils le croyaient.

Il fait froid et il n’y a pas de nourriture, ni d’eau ou électricité. Ils demandent de l’aide aux locaux du coin, avec Withnail qui s’exclame  « Aidez nous, nous sommes partis en vacances par erreur ! » Bien sûr, cet aide n’arrive pas car Withnail parvient à offenser tout le monde avec son humour tranchant. Je pense que la raison pour laquelle les britanniques ont tellement d’affection pour ce film est probablement parce que nous avons aussi la réputation d’offenser lorsque nous partons en vacances, bien qu’à moindre échelle que Withnail. Il est vrai que dire ce que nous pensons, comme Withnail, fait partie de l’humour anglais. Voilà probablement la raison pour laquelle on nous accuse parfois de ne pas bien nous comporter en vacances… Heureusement ils ne sont pas obligés d’endurer les conditions spartiates pendant plus longtemps puisque l’oncle Monty arrive au cottage avec de la nourriture. Cependant, cela ne veut pas dire qu’ils seront tranquilles car Marwood a tapé dans l’œil de l’oncle Monty, et celui-ci n’arrête pas de le poursuivre. En effet, afin d’obtenir la clé du cottage Withnail a fait croire à son oncle que son ami Marwood était un homosexuel qui ne voulait pas se l’avouer.

Mis à part la caricature de l’oncle Monty en tant qu’homosexuel lubrique, ce film est hystérique et vous fera mieux comprendre l’humour britannique.

Close
Go top UA-100342494-1