Sing Street raconte l’histoire de Conor, qui décide de former un groupe de musique pour attirer le regard d’une fille nommée Raphina qu’il a rencontré dans la rue. C’est le troisième film musical indépendant depuis Once & Begin Again. La bande originale a été compose par Gary Clark, le leader du groupe Danny Wilson, et Carney, Ken et Carl Papenfus du groupe Relish. Adam Levine est aussi co-auteur et chante sur la chanson “Go Now”.

En racontant les conflits de la famille de Conor et les problèmes qu’il avait à l’école, nous voyons que l’objectif du film et de montrer comment la société et la famille peuvent réprimer nos rêves et désirs. Un des exemples les plus flagrants dans le film et quand le frère de Conor, qui avait pour objectif de former un groupe, décide malheureusement d’abandonner ses rêves à cause de la pression de ses parents et de la société. Quand Conor décide de partir pour être musicien son frère est d’abord très en colère mais ensuite soulagé.

La musique de Sing Street n’est pas parfaite, mais tient bon dans le développement de l’histoire. Au début de l’histoire on voit que Conor n’a aucune idée sur la musique ni le rock and roll. C’est son frère qui était son professeur chaque nuit : lui donnant des leçons de musique et des conseils. On assiste à la progression de Conor en tant qu’amateur de musique jusqu’à leader d’un groupe professionnel, qui m’a certainement fait danser à la fin du film !

Quelques employés du film étaient inquiétés que ces jeunes acteurs ne comprendraient pas bien la musique des années 80, puisque le thème de la musique est si important dans ce film. La réponse de John Carney dans une interview montre qu’il faisait finalement confiance aux acteurs : « Je suis né en 1972, donc la musique des années 70 et 80, je comprends. Pour les jeunes nés en 2000, 2002 ou je ne sais quoi, leur relation avec la musique des années 80 est basée sur des idées, des opinions ; elle est toute basée sur ce qu’ils voient sur internet. Ce que j’ai compris c’est qu’ils avaient des grosses lacunes que j’ai essayé de remplir petit à petit, en expliquant comment la décennie s’était déroulée et comment certains évènements musicaux s’étaient enchainées. Ils avaient beaucoup de chose à apprendre. Mais ils adoraient le look, ils adoraient la musique et ils adoraient la folie des années 80. Ils avaient juste besoin de faire quelques petites recherches, disant, sur toute la décennie. »

Globalement, je trouve que l’histoire de Sing Street est trop simple. Le réalisateur se focalise beaucoup trop sur l’histoire d’amour et ignore comment les membres du groupe grandissent et deviennent matures au cours de la période. Aussi, la fin était assez soudaine et n’a pas été assez douce pour que je l’accepte. Aussi, comparé avec Once et Begin Again, je trouve que la description psychologique des personnages était insuffisante et c’était difficile pour moi d’avoir de l’empathie pour Conor.

 

Close
Go top UA-100342494-1