Quand j’ai regardé “Polisse” il y a quelques années, cela m’a pris longtemps d’arrêter d’y penser.  L’histoire se concentre sur un groupe de policiers qui travaillent dans une brigade de protection de mineurs et nous montre comment leur travail les affecte psychologiquement. Il est vrai que le sujet du film est assez difficile, mais si vous pensez que vous pouvez l’endurer, « Polisse » est extrêmement captivant. Je pense qu’une des raisons  pour laquelle le film ne vous quitte pas est parce que le film est réalisé dans un style faux-documentaire. On a l’impression de regarder un documentaire et que ces hommes, femmes et enfants existent réellement. Cela s’explique : la réalisatrice Maïwenn avoue avoir passé longtemps dans une vraie brigade de protection de mineurs et que tout ce qui se passe dans le film a soit été vu ou entendu lorsqu’elle était là-bas. Le titre du film « Polisse » représente comment Maïwenn s’imaginait qu’un enfant écrirait le mot « police ». C’est une touche intelligente qui souligne la vulnérabilité et la naïveté d’enfants qui sont abusés par les adultes qui sont sensés s’occuper d’eux.

Il est vrai que les cas d ‘abus d’enfants prennent une place importante dans ce film, mais le thème principal est l’impact qu’a ce travail sur la vie personnelle des officiers. Il est difficile d’avoir des relations normales et heureuses en dehors du travail lorsqu’on est confronté à de telles horreurs tous les jours. Au début du film on peut voir que Nadine a décidé de divorcer son mari sur les conseils de sa collègue Iris, alors qu’en réalité sa relation est toute aussi mauvaise. Iris et son conjoint ne peuvent pas avoirs d’enfants à cause de son anorexie. Elle est très dédiée à son travail mais c’est évident qu’elle a laissé son travail l’affecter et qu’elle a arrêté de prendre soin d’elle même. Lorsque son petit copain expose son secret, Iris lui demande de partir : choisissant son travail plutôt que sa santé. Les mâles dans l’histoire ont aussi des problèmes conjugaux. Dans une scène (qui d’une certaine manière est assez drôle), Baloo (le chef de l’équipe) se dispute avec sa femme lorsqu’elle prétend que son métier en tant que directrice d’une crèche dans un arrondissement aisé de Paris est tout aussi stressant que le sien.

 

Ce que j’ai aimé le plus dans ce film est la façon dont l’histoire se déroule l’histoire. Nous voyons les policiers en train d’interviewer une personne après l’autre, (qui ont presque tous commis des actes scandaleux envers des enfants), sans connaître les conséquences judiciaires. Cela est typique dans une brigade de protection de mineur : le rôle des policiers n’est pas de juger mais de connaître tous les faits. Le langage qu’utilisent les officiers pourra vous offenser, mais cela n’est rien à côté des actes commis.

 

Tout cela étant dit, je peux vous assurer que ce film n’est pas tout pessimisme. Il y a des moments tendres, comme ceux qui se déroulent entre Fred (joué par le rappeur Joeystarr) et Melissa (jouée par la réalisatrice, Maïwenn). Joeystarr interprète très bien le rôle du personnage qui a été endurci par son travail. Melissa parvient à pénétrer cette dure carapace et à nous montrer que Fred est un homme sensible et aimable. L’équipe n’est pas toujours d’accord sur tout mais nous pouvons voir qu’ils sont en réalité assez proches les uns des autres : ils sortent ensembles en soirée même après les pétages de plombs au travail.

 

 

If you are looking for a film that will knock the wind out of you, then I urge you to watch this. It did not leave me for weeks and left me wanting to watch more of Maiwenn’s films.

 

Si vous recherchez un film qui va vous couper le souffle, alors je vous en prie de regarder ce film. Je n’ai pas pu arrêter d’y penser pendant plusieurs semaines, et il m’a donné très envie de regarder d’autres films de Maïwenn.

Close
Go top UA-100342494-1