Alors qu’elle nous hypnotise sur l’écran dans son film 3 Billboards: Les panneaux de la vengeance, on s’est rendu compte que l’heure est arrivé de célébrer l’incroyable Frances McDormand. Dans le cadre des performances, on sait qu’elle est talentueuse. Elle est un des rares artistes à remporter la « Triple couronne des acteurs » avec un Oscar, un Emmy, et un Tony — pas simple à faire ! De plus, elle est restée bel et bien dans la domaine des films indépendants — une vraie reine des indies. 

En jetant un coup d’oeil à son enfance, on peut voir comment McDormand est devenue tant d’une force dominante dans la cinéma indépendante. Sa éducation peu conventionnelle auraient pu lui donner une sorte de mépris pour l’ordinaire. Elle a été élevée par un pasteur et sa femme, qui l’ont adopté quand elle a eu 18 mois. Elle a grandi parmi une foule des frères et soeurs adoptés qui ont tous voyagé pour le travail de leur père adoptif. C’était chaotique, mais néanmoins aimante.

Pourtant, pour McDormand, l’absence de sa mère a mis un feu dans son âme. Elle explique qu’elle a refusé l’opportunité de rencontrer sa mère biologique quand elle était ado, parce qu’elle était consciente de l’importance que cette rage a eu pour son identité. C’était sa colère qui l’a donné la robustesse, l’aura d’invincibilité visible dans tous ses films, et son statut de personne. Cette rage l’a donné le pouvoir de confronter le monde et de gagner à chaque fois. 

 

Cependant, ce n’est qu’à l’âge de 14 ans que ces forces seraient utilisées sur scène. Après avoir été choisie pour interpréter Lady Macbeth dans une production à son lycée, McDormand est tombé amoureux du jeu d’acteur. C’était la première fois que son grand amour, la littérature, « l’emmenait dans un lieu public » où elle pourrait « la partager avec d’autres personnes ». De cette première rencontre amoureuse, sa romance avec le théâtre est seulement devenue de plus en plus forte n’a fait que croître, se spécialisant dans le sujet au Bethany College West Virginia (un endroit où elle a reçu une bourse grâce à l’église de son père), avant d’obtenir un Masters à Yale.

Elle n’a pas été longtemps diplômée quand elle a obtenu son premier grand rôle de film dans Sang pour sang, réalisé par des frères Coen. Cela a marqué un moment majeur dans la vie de McDormand pour deux raisons. Premièrement, le rôle a vraiment été un catalyseur pour sa carrière; McDormand n’a pas cessé de travailler depuis ce film, et son CV comprend ses rôles impressionnants dans Arizona junior, Presque célèbre, et bien sûr, Fargo. Deuxièmement, ce rôle l’a permis de rencontrer l’amour de sa vie, Joel Coen. Au cours de leurs 33 années de collaboration, le couple a fait un nombre impressionnant de collaborations réussies avec des films (FargoSang pour sang et Burn After Reading parmi la liste) et a élevé leur fils adoptif, Pedro. 

Une partie du charme et de la brillance de McDormand en tant qu’actrice, c’est qu’elle n’arrive jamais à se conformer aux attentes d’Hollywood. Elle dit qu’il y a toujours quelque chose qui la retient d’être une femme de premier plan, qu’elle soit “trop ​​vieille, trop jeune, trop sombre, trop blonde,” alors elle est devenue expert en jouant “L’autre,” une figure séduisante qui ne peut pas être entièrement comprise, entièrement catégorisée, à un stéréotype. Nous ne la voyons jamais simplement être la « jolie fille » ou le « drôle d’ami » ; ses personnages sont toujours robustes, forts, attrayants dans leur incapacité à être contraints. Par exemple, dans 3 Billboards, Mildred ne parvient pas à être le psychopathe, la mère endeuillée, la femme séparée. Elle rejette tous ces archétypes et ce quelque chose entre eux; c’est-à-dire une personne réelle et complexe. C’est vraiment pourquoi McDormand est une personne tellement importante dans cette industrie; ses personnages révèlent la complexité des femmes en tant que personnes réelles et soulignent « la variété des façons dont les femmes peuvent exprimer leurs émotions ». Ses personnages ne se contentent jamais de pleurer. Ils donnent des coups de pied, crient, se battent, chantent, rient, sans jamais s’excuser pour quoi que ce soit. Ils englobent toutes les émotions sur le spectre, ce qui est exactement ce qu’il devrait être.

 

 

Close
Go top UA-100342494-1