2017 était une année majeure pour Jordan Peele. Il a fait la transition de l’humour tordant sur scène et à l’écran, à l’horreur social qui a donné des audiences la chair de poule. Au cours de tout cela, il a inspiré d’innombrables jeunes artistes et cinéastes. Mais où a-t-il commencé? Quelles sont ses influences, ses pensées sur l’industrie? Cher lecteur, il faut seulement continuer à lire afin de savoir les réponses à toutes ces questions !

Jordan Peele est né le 21 février 1979. Il a passé son enfance à New York, élevé par sa mère célibataire. Parmi ses pairs, Peele était « l’enfant timide qui [aimait] dessiner ». Le Jeune Peele était aussi un grand fan de fantasy et de science-fiction. Aujourd’hui encore, il reste un nerd autoproclamé — un « fan dévoué de [culture pop]. » Sa première expérience avec les arts du spectacle est venu à l’école primaire, à P.S. 87 dans l’Upper West Side. Il a déployé ses ailes pendant un atelier avec le Metropolitan Opera, et a ensuite découvert l’amour d’être devant un public, comme il a partagé avec le New Yorker.

Peele a assisté à Sarah Lawrence College. Il a eu ses vues sur le marionnettisme, mais il a quitté l’université après deux ans pour former le duo comique Two White Guys avec son colocataire et future écrivaine sur Key & Peele, Rebecca Drysdale. Peele a ensuite rejoint Boom Chicago à Amsterdam, un havre d’improvisation américain dans la capitale néerlandaise. Grâce à un échange de rôles avec The Second City et un ami commun sous la forme d’une Mme. Drysdale, Peele a rencontré Keegan Michael Key, et un beau partenariat comique a pris racine. Les deux se sont joints à la distribution de Mad TV en succession rapide, et plus tard, ils ont crée le sketch show primé Key & Peele.

En tant qu’amis et partenaires de comédie, ils ont rapidement trouvé un terrain d’entente, dans leur adoration partagée de Monty Python et In Living Color (comme ils ont mentionné dans une vidéo pour Made Man), ainsi que dans leur expérience commune d’être de race mixte, un sujet traité de temps en temps dans Key & Peele. Dans une interview avec A.V. Club, Peele l’a comparé à « marcher sur une corde raide […] À certains points, il semble qu’on est entre deux mondes, ou on fait partie de deux mondes, ou on se demande où notre monde peut être trouvé. » Jordan avait cette même question en tête lors de la création de Get Out, un film d’horreur centré sur un jeune homme qui visite la maison famille de sa petite amie pour un week-end. Pendant le voyage tendu, le spectateur est amené à travers le spectre de pratiquement chaque traitement du protagoniste possible — une route traîtresse, pavée avec des microaggressions, qui finit avec le pire des scénarios. Avant de faire le film, Peele a été presque déjoué par le manque de personnes de couleur dans le fauteuil de réalisateur. Il s’est senti qu’il « n’avait pas assez de modèles pour [lui] dire que ce film pourrait être fait », il a déclaré au New York Times. Heureusement, il pourrait, il a été fait, et il a explosé.

Get Out a rencontré un énorme succès dans les 12 mois depuis sa sortie. Le film a été acclamé par la critique, il a gagné plus au box-office que tous les autres premiers films réalisés sur la base d’un scénario original, et s’est rapidement intégré au lexique culturel. Complètement, totalement, un classique instantané. Jordan Peele devrait servir comme inspiration à tout créateur en herbe dans le monde – en particulier ceux qui se sentent marginalisés, invisible, caché dans les coins. Votre voix a sa place, et vous avez parfaitement le droit de la faire entendre, que ce soit par l’humour, l’horreur ou « l’autre ».

 

Close
Go top UA-100342494-1