Il est impossible d’évoquer les cinéastes indépendants britanniques sans parler de Shane Meadows. Son film « This is England », considéré comme l’un des meilleurs longs métrages du cinéma indépendant, a été reçu avec enthousiasme par le public britannique.  Il a eu un tel succès que trois téléfilms ont vu le jour après sa diffusion, chacun se déroulant dans les années 80 (« This is England 1986 », « This is England 1988 » et « This is England 1990 »).

Ce film à fort réalisme social se déroule pendant l’été 1983. Il montre la vie de travailleurs britanniques au lendemain de la guerre des Malouines durant l’ère Thatcher, qui fut marquée par un chômage de masse et une montée du racisme et de la xénophobie. En partie autobiographique, ce film raconte l’histoire d’un garçon de 12 ans, Shane, qui traîne dans les rues et fait un jour la connaissance de Woody et de son gang de skinheads. Tout se passe bien avec ses nouveaux amis, jusqu’au jour où Combo, un ancien membre du gang, sort de prison. Les tensions montent dans le groupe. Il devient vite évident que Combo a adopté des idées racistes et xénophobes durant son incarcération. Shane, qui se laisse facilement impressionner, doit choisir entre le doux et calme Woody et le raciste et amer Combo.

Shane Meadows est né et a grandi à Uttoxeter dans le Staffordshire. La plupart de ses films décrivent ce qu’il a vécu dans cette région dans sa jeunesse. Malheureusement son enfance a été entachée par la violence. En effet, son père après avoir découvert un corps sans vie fut dans un premier temps accusé du meurtre de cette personne. Cette accusation lui valut d’être persécuté et rejeté par les autres enfants de son école. Il est possible que cette expérience soit à l’origine du réalisme brutal de ses films.

Shane Meadows quitte l’école sans diplôme de fin d’études et se met à commettre des petits délits, mais réalisant qu’il est peu doué pour ce mode de vie, il décide de s’essayer à la réalisation. C’est ainsi qu’il travaille bénévolement pour Intermedia Film & Video Ltd, une entreprise basée à Nottingham qui en échange lui permet d’emprunter des caméscopes et de se servir du matériel de montage vidéo. Meadows commence à réaliser des films avec ses amis, bien vite l’absence de festivals de cinéma dans leur région, où ils pourraient projeter leurs films, devient une source de frustration. Ils décident alors de créer leur propre festival, qu’ils intitulent « Six of the best ». Celui-ci a lieu plusieurs fois par an dans un vieux cinéma du coin. Moyennant des frais très raisonnables, les réalisateurs ont la possibilité de projeter leur film devant une audience. Ce festival connaît un succès grandissant et se transforme en festival international de vidéo connu sous le noms de « Flip Side ».

« Where’s the money, Ronnie ? » est le premier film qui fait connaître Shane Meadows. Dans la foulée, la chaîne de télévision Channel 4 lui confie la réalisation d’un documentaire, « King of the Gypsies », sur un boxeur à mains nues, Bartley Gorman, né également à Uttoxeter, personnage que Meadows connaissait très bien. Suite au succès de ce documentaire Shane Meadows réalise son premier long métrage, « Twentyfour Seven », qui marquera le début d’une brillante carrière. Le public britannique plébiscite les histoires fascinantes, peuplées de personnages très attachants, qu’il raconte dans ses films.

 

Close
Go top UA-100342494-1