De Paris Blues à Minuit à Paris, sans oublier Un dernier tango à Paris…Tant de chefs d’œuvre cinématographiques ont vu le jour dans les rues de la capitale !

En toile de fond ou en thème central, Paris a toujours attiré, fasciné les cinéastes du monde entier. Mettant ses frasques, ses paillettes, ses noirceurs, sa beauté, à disposition des artistes venus l’immortaliser sur les bobines de pellicule. La ville lumière se révèle à chaque fois profondément fidèle à la caméra du cinéaste. Tantôt noire, tantôt romantique, tantôt féérique. Ses monuments, ses faubourgs, ses quartiers se prêtent avec grâce aux jeux d’ambiance guidés pas à pas par le créateur.
Dès 1917, à l’époque du cinéma muet, Paris inscrit son décor dans le cinéma international avec The Darling of Paris, de J. Gordon Edwards. Tourné en studio à Los Angeles, ce film adapte librement la célèbre œuvre de Victor Hugo, Notre-Dame de Paris.

Et depuis des décennies, les cinéastes continuent de lui déclarer leur flamme, la portant aujourd’hui au rang des villes les plus filmées au monde. Mais peut-être cet amour des cinéastes pour Paris n’est que la réponse à celui que Paris porte au cinéma?

Cet attachement de Paris pour le cinéma remonte à ses origines. Car c’est Boulevard des Capucines, en plein coeur de la capitale, qu’eut lieu le 28 décembre 1895, la première projection cinématographique publique, initiée par Antoine Lumière. Dès lors, les salles obscures n’ont cessé de se multiplier. Au point que la capitale française peut se targuer d’avoir la plus forte concentration mondiale du nombre d’écran par habitant. Et bien qu’on assiste depuis plusieurs années à la montée en puissance des grandes compagnies cinématographiques, Paris lutte pour que le cinéma indépendant et d’art et d’essai continue d’exister, et qu’il puisse conserver sa place de choix. Car rappelons qu’un film ne peut être vu du public seulement grâce à un réseau de distribution.

Alors, pour que des artistes talentueux aient une chance que leur œuvre soit partagée avec un public. Pour que l’art cinématographique ne se résume pas à une histoire d’argent. Pour que cette expression artistique puisse s’exprimer dans toute sa diversité et originalité. Des réseaux de salles indépendantes, des festivals du cinéma du monde entier se sont organisés à travers la ville, permettant à de petites merveilles du septième art de voir le jour. Pour le plus grand plaisir du public.Paris a aussi laissé au cinéma une place de choix dans son univers culturel. Le gratifiant, entre autre, de sa plus grande base de données mondiale avec sa cinémathèque, veillant ainsi au patrimoine du septième art.

Oui, Paris aime le cinéma, autant que les cinéastes aiment Paris. Et la ville lumière continuera de les éclairer de ses milles feux, et cette belle histoire d’amour est loin, très loin d’être terminée.

Anne MARIE

Close
Go top UA-100342494-1