English flag

 

Frances Ha (2012), réalisé et co-écrit par ancien étudiant de Vassar Noah Baumbach met en vedette coscénariste Greta Gerwig comme une excentrique, aspirant danseuse de 27 ans, Frances Halladay. Le film magnifiquement mettant en valeur l’histoire sur passage à l’âge adulte de Frances par ses tribulations de responsabilité imminente. Le film indépendant fait ses débuts au festival du film de Telluride le 1er septembre en 2012 et est ensuite sorti une version limitée sur 17 mai 2013 par IFC Films.

franL’histoire commence avec des scènes en noir et blancs de Frances et son meilleur ami et colocataire, Sophie, joué par Mickey Summer, se baladent autour de Brooklyn. Le lien spécial des filles est immédiatement évident, un fait qui montre l’importance de leur amitié dans la vie citadine de Frances. Après une scène gênant dans laquelle son petit copain, Dan, joué par Michael Esper, en vain lui demande d’emménager avec lui et le couple s’est séparé, Frances apprend que Sophie a décidé de déménager et d’aller à son quartier de rêve au Tribeca, sans Frances. Incapables de payer le loyer de l’appartement tout seul et se sentant abandonnés, l’expérience embarrassante mais comique de Frances en vivant avec deux mecs, Benji et Lev, se déroule d’une manière mise en scène calculée mais libre, en même temps.

Quand Frances a officiellement emménagé dans son appartement à Chinatown, il devient certainement évident qu’elle a besoin de quelqu’un à prendre soin d’elle. Son travail comme une apprenti dans une compagnie de danse semble être un emploi sans avenir, ses amis semblent à trouver le succès dans leurs vies alors qu’elle a beaucoup de difficulté et sa relation avec Sophie est en détérioration. Du point de vue des auditoires, elle refuse des occasions de carrière et échoue à reconnaître des gestes romantiques de sa colocataire Benji. Bien-sûr frustrant à regarder, mais c’est précisément dans ces moments qui montre la comportement isole de Frances, que le public commence à s’identifient à son sens de la solitude.

cesQuand Frances réserve impulsivement un voyage de deux jours à Paris (France), sur une carte de crédit, elle dort jusqu’à 4 heure dans l’après-midi sa première journée. Quand elle revient à New York pour une rencontre avec le directeur de la compagnie de sa danse, lui est offert un poste de bureau au lieu d’une place dans l’équipe. Elle est bouleversé et en vain elle refuse l’occasion et décide de revenir à son alma mater, Vassar, pour travailler comme un « RA »  et [pas une serveuse mais] « une fille qui verse de l’eau ».

Une nuit quand Frances fait son travail comme « une fille qui verse de l’eau » à un événement d’enchères pour des anciens étudiants à l’université, elle voit Sophie et son petit ami, Patch, joué par Patrick Heusinger. Embarrassée, elle essaye de se cacher jusqu’à elle écoute les nouvelles que Sophie a fait des gros plans avec Patch sans lui dire. Au moment où les deux vieux amis réunifient, le film commence enfin à avoir un air de fortune imminente pour Frances.

haC’est au ce moment que Frances retourne à Washington Heights à New York et accepte ce travail de bureau avec sa ancienne compagnie de danse. Dans ses temps libres, elle travaille avec un groupe de danseurs sur un projet spécial de chorégraphie. Elle porte ses cheveux différemment et porte une meilleure posture – il est évident que quelque chose est enfin changeant dans sa vie. Elle est heureusement vivant seule, elle peut payer son loyer et elle fait ce qu’elle aime avec ses moyens. Après un premier de succès se dans un théâtre de style « boîte noire » pour laquelle tous les personnages principaux prennent vie, Benji officiellement fait un geste romantique. Le film se termine avec le soulagement que Frances se sent dans la sens que tout va bien dans sa vie et que tout, aussi cliché que cela puisse paraître, sera OK.

Le film est un commentaire extraordinaire sur la solitude et la difficulté de l’âge adulte. Incluant de nombreux images de Frances toute seule littéralement et métaphoriquement, le public est confronté à l’émotion qu’ils se sentaient à l’époque de leur vie lorsqu’ils se sentaient impuissants et perdus sur leur propre chemin à l’indépendance. Le développement du personnage de Frances à la fin du film est absolument optimiste et inspirant — si Frances peut le faire, tout le monde peut faire le même. Frances Ha est incontestablement un film incontournable pour chaque personne qui aime l’intimité réaliste que le cinéma a le pouvoir de créer.

Close
Go top UA-100342494-1