English flag

 

Depuis les années 1980, la réalisatrice, scénariste et ancienne actrice née à Luxembourg, Anne Fontaine, est passé des sommets vertigineux de cinéma est a cimenté elle-même comme l’une des figures cinématographiques plus influentes dans le cinéma Français moderne. Au fil des décennies, sa grande variation des films intensément provocateurs et poignante sont passés des comédies drôles aux drames sombrement psychologiques, démontrant les talents de visionnaire du directeur qui ont été traduits avec tant de succès sur grand écran.

download (1)Le début de la vie de Fontaine a été absorbé par ses aspirations du théâtre, comme démontré par sa sélection par le réalisateur français, Robert Hossein, à jouer Esmeralda dans une production théâtrale de Notre-Dame de Paris, en 1980. Ses intérêts du théâtre ont développé comme elle a acquis une reconnaissance pour ses rôles dans les films de comédie Si ma gueule vous plaît (1981), sur une femme qui se subit à un voyage de l’exploration sexuelle et P.R.O.F.S. (1985), qui suite les machinations d’un groupe de jeune institutrice dans une école secondaire qui s’efforcer de conserver leurs natures subversifs et juvénile. Par la suite, la première incursion de Fontaine dans le travail de réalisatrice est venue à l’occasion d’être assistant-réalisateur dans une version théâtrale de Journey to the End de Louis-Ferdinand en 1986, au Théâtre Renaud-Barrault de Paris.

Son premier film long métrage Les histoires d’amour finissent mal… en général (1993), une comédie bien reçue qui suite le dilemme d’une française qui oscille entre un mariage stable à un étudiant en droit et une amour torride avec un acteur de théâtre, a notamment remporté le directeur le Prix Jean-Vigo cette année-là. Quatre ans plus tard, son succès commercial, Nettoyage à sec (1997), sur un couple marié dont la vie monotone est perturbée par un jeune homme qui se développe des désires romantiques pour le mari et la femme, a aussi gagné Fontaine une Osella du meilleur scénario au Festival de Venise – un film maintenant largement considéré comme la production séminale de carrière de la Fontaine, qui l’a cimenté comme un personnage principal dans le cinéma Français contemporain.

images (1)Les films suivis de Fontaine, y compris Comment j’ai tué mon père (2001), une thriller dramatique sur un gérontologue qui développe des pensées homicides obsessionnels pour son père, ainsi que Nathalie… (2003), un drame avec Fanny Ardant, Emmanuelle Béart et Gérard Depardieu, dépeignant une femme qui garde sur son mari en payant une prostituée à s’engager dans une affaire inventée avec lui, a présenté le style psychologiquement orienté de Fontaine qui est profondément ancrée dans ses films suivants.

Une extension de style psycho-analytique de Fontaine est démontrée dans son thriller César nommé, Entre ses mains (2005), qui suit une travailleuse d’une compagnie d’assurance qui s’engage dans une affaire extra-conjugale avec un client dont elle conjecture d’être un tueur en série. La nature sombre et axée sur le personnage du film se donne le film une qualité psychologiquement expérimentale qui est devenue une caractéristique des œuvres de Fontaine : « J’essaye de travailler sur le côté aveugle de mes personnages, dans une manière freudienne : pour demander, « quelles sont les choses sur eux-mêmes qu’ils ne connaissent pas » ? » dit-elle. « Je suis fasciné par l’ironie du sort, quand quelque chose se passe dans un dérapage. Tous mes récits comportent un élément de cruauté en eux. »

imagesIllustrant l’implication de Fontaine dans les nombreuses facettes de l’art, son projet de bande dessinée qui elle a débuté avec son frère en 1995, intitulé Augustin – suite à un jeune acteur passionné qui développe son intérêt profond pour le kung fu en regardant des films et pratiquant dans son appartement – a été transformé en le film Augustin, roi du Kung-Fu, mettant en vedette son frère, Jean-Chrétien Sibertin-Blanc, la même année. En 2006, un complément à la saga comique de Augustin, intitulé Oh La La !, est sorti et présenté en compétition pour le Festival de Cannes 2006, suivi par le thriller romantique La fille de Monaco (2008), décrivant la rencontre d’un avocat bien connu avec son garde du corps nouvellement assigné qui lui facilite sa liaison romantique avec une fille énigmatique de météo TV locale.

Fontaine reçu une reconnaissance internationale pour son très acclamé succès commercial Coco avant Chanel (2009), un biopic célébrant la styliste Coco Chanel. La représentation dans le film de la naissance de l’artiste légendaire des temps difficiles dans l’obscurité jusqu’aux sommets de la haute-couture, a envoyé la carrière de l’actrice principale du film, Audrey Tautou, à des hauteurs stratosphériques et a obtenu un Oscar nomination, un César de la meilleure création de costumes en 2010, ainsi que quatre BAFTA Award et trois nominations aux prix du Film européen. La même année, une adaptation anglaise de Natalie…, nommée Chloe, mettant en vedette Julianne Moore, Amanda Seyfried et Liam Neeson, a remporté deux DGC Craft Awards pour le son et le montage photo.

mediaFontaine revient à ses racines comiques en 2011 avec le drame Français-belge, Mon pire cauchemar, mettant en vedette Isabelle Huppert comme un patron riche d’une fondation d’art, qui devient en proie à une amour avec un ex-détenu. Le suivi de Fontaine absorbant et provocateur, Adoration (2013), qui a fait son début au Festival de Sundance, est basé sur le roman Les Grands-mères de l’écrivain britannique Doris Lessing et suit les péripéties d’un couple de voisins et amis d’enfance qui tombe en amour avec le fils de l’autre dans un drame sensuellement intime et provocante.

Le dernier film de Fontaine qui sortira plus tard cette année, les Innocents (2016), s’écarte de son récit habituel et ton capricieusement intense, dépeignant à la place le climat historique de la Pologne de 1945, par le chemin d’un jeune docteur français de la Croix Rouge qui assistance des survivants d’un camp allemand. Fontaine a toujours démontré que sa plus important prouesse réalisatrice est sa capacité à traiter avec sensibilité et authentiquement une variété diverse du matériau, mais à conserver ses histories des personnages stimulant et très divertissants.

Close
Go top UA-100342494-1