christian-carionSuivant les films avec l’esprit de Noël, nous voudrions attirer votre attention sur un réalisateur français, Christian Carion, et son film JOYEUX NOËL. Christian a grandi dans une ferme dans le nord de la France, pas loin des lieux où le front a été fixé pendant la Première Guerre mondiale, comme tel, il se souvient de trouver des obus et autres bouts de la guerre pas loin de la maison où il a vécu pendant son enfance. Selon Carion il était impossible de ne pas penser à la Première Guerre mondiale pendant sa jeunesse. Cependant, l’histoire dépeinte dans le film était inconnue au directeur jusqu’à il a intentionnellement fait des recherches. C’est parce que les autorités françaises avaient étouffé l’histoire du grand public.

Joyeux NoelCarion a découvert et a été inspiré par une histoire vraie dans un livre d’Yves Buffetaut « des Batailles de Flandres et Astois 1914-1918 » qui couvre la séquence des événements entourant la Première Guerre mondiale entre l’été de 1914 et la veille de Noël. Après ça il savait qu’il était nécessaire à créer le film. JOYEUX NOËL raconte une histoire remarquable de la trêve de Noël pendant la Première Guerre Mondiale quand de nombreux soldats sur le front ont déposé leurs armes en trêve, sortirent des tranchées et se sont joints à leurs ennemis pour célébrer Noël ensemble – chanter ensemble, boire ensemble et même jouer football. Par conséquent, l’histoire peu connue de la bonne volonté parmi les hommes des côtés opposés de tranchées, c’est le sujet principal du film. Selon le réalisateur « le film a plus d’une dimension européenne pour moi. Il a une dimension humaniste. À mon avis, tout le monde sur la planète serait touché par la fraternisation qui se passait, pas seulement les Allemands, les Anglaises, ou les Françaises. C’est pourquoi je voudrais projeter le film dans un pays qui est en guerre. »

Sur ce deuxième jour de Noël ensemble avec le film de Christian Carion nous voudrions penser à toutes les choses incroyables cette période de l’année peut apporter, même face à l’activité humaine la plus destructrice comme la guerre.

Close
Go top UA-100342494-1