rsz_christina-in-casper-christina-ricci-12857665-853-480Quand il s’agir de jeunes et jolies filles aux humeurs sombres et maussades, nul doute que Christina Ricci est l’exemple le plus parfait. De grands yeux ronds et globuleux, un corps petit et frêle malgré une tête forte, en taille comme en intelligence : Ricci donne le ton avec un style bizarre-est-le-nouveau-sexy qui continuera à inspirer sans aucun doute des générations de jolies filles dark à venir. En somme, elle est la quintessence de la sublime morosité: belle et sombre à en mourir. Une image qu’elle a su mettre en valeur tout au long de sa longue carrière. Carrière longue car Ricci a grandi dans l’industrie, avec un premier rôle au côté de Cher dans Les Deux sirènes.

Mais c’est le rôle de Mercredi Addams dans La Famille Addams qui lança véritablement sa carrière, tout en capturant son ton unique. Stoïque et terriblement sérieuse pour une enfant, on pourrait croire que le rôle avait été écrit pour elle et non l’inverse. Sa gloire précoce et morbide était lancée. Plusieurs années après Mercredi Addam, Ricci devint Kat Harvey dans le nostalgique Casper, jeune fille errant dans une maison hantée auprès d’un père obsédé de l’après-vie. Terrifiés aux premiers abords, elle devient finalement très proche du sympathique fantôme présent sur place. Le film est l’occasion de (re)découvrir les immenses yeux de la jeune actrice, plus grands que la vie elle-même, et son étrange et tendre visage en forme de pèche rempli d’émotion lors de sa première rencontre avec Casper.

rsz_miranda-christina-ricci-31626483-1500-994Ces mêmes yeux brillent alors que les larmes lui montent aux yeux, témoins de la défection d’un père occupé. elle pleure en regardant son père oublier qui elle est. Et à la fin du film, fin tristement triomphante, le spectateur peut apercevoir un soupçon de sourire étrangement doux dans son aura sinistre. Maussade et sombre, et pourtant si attachant? Oui, oui et oui. Alors que le monde catalogue et cantonne Ricci à des personnages complexes uniquement, l’atroce ne se laisse pas impressionner et déploie son charme dans des rôles plus légers. Ainsi, en 1995 Ricci rejoint le casting du film Souvenir d’un été – un autre trésor de nostalgie à la Casper, centré cette fois si sur le passage à l’âge adulte sur fond de relations amicales puissantes, intimes et féminines. Ricci y interprète Roberta Martin, un truculent garçon manqué, prise dans un quatuor d’adolescentes en phase de devenir des femmes. Malgré les fioritures de l’intrigue, le nihilisme de Ricci ne la quitte pas un instant. Elle reste ce petit nuage noir, flottant dans la grossièreté ambiante – une bombe de maturité qui tombe sur ses copines comme un malvenu coup de coude sur le côté.

Ricci reste fidèle à elle-même, même plongée dans une banlieue typiquement américaine des années 90. Le rose ne déteint pas sur le noir. Le temps a passé depuis lors et, comme tout, Ricci a grandi. Elle a continué avec des rôles étranges, y compris un passage dans un des plus grands films du genre bizarre, Sleepy Hollow, ou bien en acolyte de serial killer dans le film Monster. Oui, Ricci a grandi. Mais nul doute qu’elle est restée la même.

Close
Go top UA-100342494-1