Professeur diabolique? Père de famille frustré? Politicien obscur, fin d’esprit et empli d’une joie maligne? Malgré le caractère franchement tordu de ses rôles, Kevin Spacey a indéniablement su assumer les bizarreries de ses personnages, développement un véritable art de la complexité. Elevé à Los Angeles, Spacey débuta sur les planches en se consacrant au stand up, exercice qui propulsa sa carrière pour faire de lui l’acteur incontournable et largement récompensé qu’il est aujourd’hui. Plutôt pas mal pour l’humble fils d’une secrétaire et d’un consultant spécialiste en données. Qui aurait pu imaginer qu’il finirait par faire parler de lui, dans le microcosmos hollywoodien et au delà, par sa réputation de diva et sa vie notoirement secrète.

 

Si jamais  quelqu’un penserait à un homme assez rusé avec suffisamment du courage à monter les échelons de la réussite, tout en gardant le contrôle de ses ennemis, le personnage de Frank Underwood joué par Spacey dans la célèbre série drame politique House of Cards viendrait à l’esprit. Discutablement sa performance la plus connue jusqu’ici, Spacey est suffisamment agréable et vindicatif afin de vous le faire soutenir pourtant en espérant que son propre vengeance retombera sur lui. De la meme façon qui correspond de nos attentes d’un politicien qu’on aime à détester. Cependant, ce role n’est pas la première fois que Spacey a joué le villain intelligent dont la revanche coule bien de son esprit et sa vulgarité. Avant House of Cards,

Close
Go top UA-100342494-1