Ces dernières semaines, nous avons consacré nos Spotlights aux personnalités du cinéma qui ont beaucoup fait parler d’elles en cette période de remise de prix. Mais cette semaine, nous souhaitons vous parler d’un réalisateur au centre de nombreux débats, bien qu’il ne soit en lice ni pour les Oscars, ni pour les Golden Globes ou tout autre prix: Lars Von Trier.

Hemmelig_sommerDepuis ses tous débuts, sa personnalité complexe et ses phobies ont fait de lui l’un des cinéastes les plus intrigants et uniques au monde. Lars Von Trier commença sa carrière en travaillant à la fois pour la télévision et le cinéma et il fit sa première apparition sur grand écran dans le film « Hemmelig Sommer« , à seulement 13 ans.

Il connut son premier véritable succès au cinéma en 1984 avec « The Element of Crime« , qui fut très apprécié par le public international. Avec ce film, il remporta le prix de la Meilleure Contribution Technique au Festival de Cannes.

dancer-in-the-dark-2000--02-630-75A une époque de sa carrière, il expérimenta les techniques numériques en filmant caméra à l’épaule. Cette technique était encore assez peu répandue quand son film « Dancer in the Dark » sortit en 2000. Le personnage principal du film était joué par la célèbre chanteuse Bjork et les images tremblantes étaient inhabituelles pour un long métrage. Lars Von Trier décrivit son film comme une « anti-comédie musicale ».

Puis il abandonna la technique de la caméra à l’épaule dans son film « Dogville« , en 2003. Il se focalisa désormais non plus sur la technique de prise de vue, mais sur les performances des acteurs et leur interprétation des personnages. Dogville fut un succès planétaire, principalement grâce à la présence de grandes stars hollywoodiennes, comme Nicole Kidman.

antichristPour l’anniversaire de ses 25 ans de métier en 2009, Lars Von Trier sortit « Antichrist« , d’après le livre du philosophe Nietzsche. Dans ce film, il apparait clairement que le réalisateur souffrait de troubles dépressifs. Sa maladie influença l’intrigue et se ressentit dans les scènes du film, un mélange de deux genres différents : l’horreur et l’érotisme.

En 2011 sortit « Melancholia« , un film marqué par un épisode difficile de dépression chez Lars Von Trier. Dans ce film, il voulut montrer qu’un dépressif peut se révéler plus impassible que quiconque face au danger, car il s’attend toujours au pire. Le film fut présenté au Festival de Cannes, où Kirsten Dunst remporta le prix de la Meilleure Performance Féminine.

nymphomaniacDepuis quelques mois, Lars Von Trier est l’un des réalisateurs qui fait le plus parler de lui, pour son film « Nymphomaniac« , sorti en décembre 2013. La version originale, qui durait cinq heures et demie et comportait de nombreuses scènes de sexe très explicites, a dû être coupée et distribuée dans les salles en deux parties. La critique se partage entre enthousiasme et perplexité. Jusqu’à présent, la première partie a remporté un franc succès, notamment grâce à la performance exceptionnelle d’Uma Thurman dans un second rôle. Nous découvrirons bientôt ce que pensent les critiques de la deuxième partie, sortie tout récemment dans la plupart des pays en Europe.

Les cinéastes peuvent apparaître comme complexes et excentriques, comme Lars Von Trier… Mais ÉCU soutient tous les cinéastes indépendants qui ont quelque chose à dire. Moralité : envoyez-nous votre scénario et participez à notre compétition « Bien Plus qu’Un Script » !

Close
Go top UA-100342494-1