Roberto Minervini est un réalisateur qui transgresse les règles, un rélisateur qui a fleuri tard, pas un Italien en fuite, mais un Italien sur la brèche. Originaire d’un petit village de la region Marche, il obtint une licence en économie et commença à travailler comme consultant d’entreprise. Après avoir perdu son emploi à cause de la tragédie du 11 septembre 2001, il décida d’utiliser l’argent de la compensation destinée aux victimes pour faire une maîtrise de sociologie des médias à la New School de Manhattan. À partir de ce moment-là tout commença.

3Minervini s’installa en Texas, où est situé sa trilogie qui représente un nouveau et varié compromis entre documentaire et fiction. Il fit ses debuts en 2011 avec THE PASSAGE, un long-métrage qui fut présenté au festival international de Venice. THE PASSAGE est une histoire qui traite d’un voyage littéral et métaphorique d’une femme avec cancer qui, en dépit du fait qu’elle sait de mourir tôt, elle reste encore attachée à l’espoir de trouver un remède. Le voyage par la route va de pair, en symbiose, avec le territoire du Texas qui se dilate avec le rhytme du film, en devenant graduellement plus doux et détendu. Après sa première semaine de tournage, Minervini jeta le scénario du film, étape préliminaire de l’évolution de sa liberté. Roberto décida d’embrasser les incertitudes qui affectent les vies quotidiennes et décida de filmer les personnes qu’il avait rencontrées sur la route à la place.

L’année suivante, LOW TIDE fut né, une histoire d’un type différent de souffrance que son premier film: la solitude d’un garcon qui cerche d’attention de sa mère alcoolisée, avec la quelle il vie ensemble, mais dans une vie parallèle.4

Le troisième film de sa trilogie, STOP THE POUNDING HEART, obtint du succès international. Il fut présenté à Toronto, à Milan et à Cannes en projection spéciale; il gagna le David de Donatello pour meilleur film documentaire et Gianfranco Rosi le Lion d’or à Venice 2013.
2STOP THE POUNDING HEART est une histoire sans dessin initial de l’intrigue. Initialement l’idée était de focaliser le film sur un cowboy de rodeo, idée qui fut laissée seulement comme context de l’histoire. Le nouveau personnage devint Sara, une adolescente texane éduquée à la maison, sœur de beacoup de frères et travailleure infatigable, qui galère avec son premier béguin, Colby, un cowboy de son même âge qui vit près de chez elle. Minervini aborde l’histore de la protagonist avec douceur et discretion et il arrive à saisir les désordres et à saisir quelques fois la mélancolie, quelques fois la curiosité d’une fille qui est en train de devenir une femme et qui se rapporte au monde qui la entoure.

D’une certaine façon, les scenarios se créent touts seuls, car ils commencent d’une intuition soutenue de l’envie de prendre en charge les risques de l’incertitude du film, qui incluent aussi le “temps mort”. Pour Roberto Miner vini, le cinéma est défi et recherché, analyse detaillée et émotions, completement indépendant des méthodes traditionnelles, des quelles il s’est séparé fièrement.
ÉCU apprécie l’œuvre de Minervini et est d’accord avec la théorie cinématographique qui crée et expérimente avec de nouveaux genres et styles. Donc, cinéastes indés, n’ayez pas peur de réaliser vos films de la façon vous voulez – soyez créatifs, soyez innovateurs et puis soumettez vos films à ÉCU – nous aimerions les voir.

Chiara Asia Carnevale

Close
Go top UA-100342494-1