Pour ce vendredi spotlight nous avons choisi un directeur de film américain: Samuel Fuller (1912-1997).

Samuel Fuller est né à Worcester (dans le Massachusetts, USA) en 1912, et voyagea beaucoup durant sa vie, découvrant de nouvelles réalités. Il démarra sa carrière comme reporter de crime à New-York et, en 1943, il pris également part à la seconde Guerre Mondiale, luttant dans l’armée des Etats-Unis en Afrique, en Sicile et en Normandie (s’ayant alors vu remettre l’Etoile de Bronze et l’Etoile d’Argent). Marqué par cette expérience, il voulu “montrer la cruauté de la guerre” et il le fit au travers de ses films violents. “Survivre est la seule gloire qui nous revient de la guerre” affirma Samuel Fuller. Cela expliqua sa vie simple, basée sur un instinct de survie, peut importe les évènements et le déroulement de sa vie, car selon lui les personnes doivent “juste atteindre la prochaine étape” de leur vie.

UNDERWORLD USAUNDERWORLD USA est l’un des films de Fuller le plus célèbre. Il s’agit d’un jeune garçon témoin du meurtre de son frère et le venge en infiltrant un monde sous-terrain. Ce film montre l’état d’esprit violent de Fuller dans ses réalisations: en effet, il ne voit pas la différence entre justiciers ou criminels.

SHOCK CORRIDOR

Une autre chef-d’œuvre de ce cinéaste est SHOCK CORRIDOR. Il est question d’un journaliste se prétendant fou afin d’enquêter sur un assassinat commis dans une maison de fous; après la résolution de l’affaire le journaliste devint réellement fou. Une année avant le décès de Fuller le film fut sélectionné pour être préservé dans le Registre National du Film à la Bibliothèque du Congrès des Etats-Unis.

MERRILL’S MARAUDERS

Pour les critiques, MERRILL’S MARAUDERS fut considéré comme le meilleur film de guerre de Fuller. Il traîte de la guerre entrel brigade de Merril et l’armée japonaise: alors que les pièges de la situation américaine ont réussi à atteindre leur but. On y voit là encore la marque de l’esprit guerrier du directeur: son expérience de la guerre et sa récompense pour avoir été un homme n’ayant jamais abandonné et ayant continué, à sa propre manière, à atteindre ses objectifs.

Bien que les principaux films de Fuller ont toujours été apprécié par le public, ils n’ont jamais été primés. Cependant, à la fin de sa carrière (en 1993) Sam obtint le prix de la réalisation des travaux de sa vie “Léopard d’honneur” au Festival International de Film à Locarno, en Suisse.

“Gagnez votre guerre personnelle, ne soyez pas effrayé par vos problèmes” est notre message du vendredi. Souvenez-vous que “le film est un champ de bataille”, donc si vous vous sentez un gagnant comme Sams Fuller partagez avec ÉCU votre terrain de bataille, c’est le seul moyen de montrer au monde entier que vous êtes près au combat.

Close
Go top UA-100342494-1