La canadienne Sarah Polley a plus d’une corde à son arc. Actrice, réalisatrice ainsi que militante, Polley débuta sa carrière dans de séries télévisées comme Ramona et Road to Avonlea. Elle se fait remarquer pour ses rôles dans Straight Up et le fil, The Sweet Thereafter en 1997. Elle remporte ensuite le prix Gemini pour Meilleure Performance dans une programme pour jeunes, et devient une incontournable du festival Sundance.

sarah2Elle commence ensuite sa carrière de réalisatrice avec Away from Her, qui lui vaut un prix de réalisation Genie « Best Achievement », ainsi qu’une nomination aux Oscars pour meilleur scénario adapté au grand écran. Puis, viendront Take This Waltz et son premier long-métrage, le documentaire The Stories we Tell.

Ce documentaire parle de la vie familiale de Polley. Ayant perdu sa mère à l’age de onze ans, Polley découvre plus tard, par hasard, que son père biologique n’est pas Michael Polley, mais l’acteur anglais Harry Gulkin, que sa mère avait rencontré à Montréal
“I enjoy doing my more intimate and less commercial pictures and also I enjoy directing.” — Sarah Polley. The Stories We Tell reflects this interest and displays her commitment to pursuing genuine and personal style of filmmaking.hentique.

sarah3Polley est aussi connue pour ses prises de positions politiques et son militantisme. Afin de protester contre la première guerre du Golfe, elle arbore un signe de paix à la cérémonie de prix pour la télévision pour enfants, en 1991 à Washington. Ceci ne plut pas à Disney, son employeur. Elle s’engagea aussi contre le « Provincial Progressive Conservative Government », mais aujourd’hui, son militantisme n’apparait plus que dans ses films.

ÉCU voudrait féliciter Sarah Polley et est heureux de voir que ses films ont du succès. En espérant en voir davantage dans le futur!

Larissa

Close
Go top UA-100342494-1