Ici, chez ÉCU, nous avons une forte appréciation du cinéma indépendant. Et pas seulement quand il s’agit de notre festival, mais aussi au quotidien lorsque nous allons voir des films pour notre plaisir. On vous emmène en voyage avec nous, à la découverte de certains des meilleurs cinémas indépendants de Paris.

Cinéma du Panthéon

This image has an empty alt attribute

Ouvert en 1907, le Cinéma du Panthéon est le plus ancien cinéma existant à Paris. Déjà à l’époque, c’était un lieu prisé par les intellectuels et les premiers fans du 7ème art, encore balbutiant. Lorsque le producteur de film Pierre Braunberger l’acheta en 1929, le véritable âge d’or commença. Il modernisa l’équipement et la programmation du cinéma. En 1930, le film «Love Parade» d’Ernst Lubitsch inaugurait la nouvelle mouture de ce cinéma. Ciné Panthéon est un des rares théâtres qui ait commencé à projeter des films dans leur langue d’origine.

Depuis ses débuts, ce cinéma fut un lieu de débats et de réunions de ciné clubs. Par la suite, il a été un lieu de rencontre populaire entre les étudiants de la Sorbonne, les directeurs de la Nouvelle Vague et les nostalgiques des premiers temps. Une grande partie des personnalités culturelles du 20ème siècle en étaient des visiteurs fréquents (Jean-Paul Sartre, Jacques Prévert et d’autres).

De nos jours, le cinéma est administré par Why Not Productions, qui produit aussi des films réalisés par d’éminents cinéastes, tels que Arnaud Desplechin, Philippe Garrel et d’autres. Les ciné-clubs continuent. La programmation des films est assez sélective – la qualité est ici plus importante que la quantité. Enfin, lorsque vous venez ici, n’hésitez pas à arriver plus tôt pour vous détendre dans le salon de thé, conçu et décoré par Catherine Deneuve en personne.

13 rue Victor Cousin, 75005 Paris

M : Cluny-La Sorbonne (10)

Le Grand Rex

This image has an empty alt attribute

Il y a près de 90 ans, en 1932, le Grand Rex ouvrait ses portes. Quelle ouverture : un orchestre et 80 portiers ont accueilli 3.300 invités dans ce magnifique bâtiment Art Déco. Le lendemain, tous les titres de la presse parlaient de ce temple du cinéma. Cependant, malgré son énorme succès, son propriétaire, Jacques Haïk, fut contraint de se déclarer en faillite. Gaumont racheta le cinéma, puis de nouveaux investisseurs privés. Plusieurs années troubles s’en suivirent ; pendant la Seconde Guerre mondiale (jusqu’à la libération de Paris), le cinéma est réquisitionné, des films de propagande à destination des militaires nazis en permission y sont projetés.

À travers les années, le Grand Rex a vécu de nombreux changements et tempêtes historiques. Pourtant, il n’a pas perdu sa splendeur. La grande salle de projection, parmi les plus belles de Paris, compte 2800 places et abrite le Rex Club dans son sous-sol. De nos jours, le répertoire des films y étant projetés est assez commercial, mais le cinéma reste indépendant. La grande salle vous fera vous sentir dans un palais du cinéma. Au cours des 15 dernières années, le Grand Rex a eu l’honneur d’accueillir d’éminents réalisateurs et acteurs et de présenter leurs films en avant-première (Chicago, Kill Bill, The Last Samurai, Casino Royale, The Artist etc.). 

1 Boulevard Poissonnière, 75002 Paris

M : Bonne Nouvelle (8, 9)

Max Linder Panorama

This image has an empty alt attribute

Nommé d’après son premier propriétaire et acteur du muet, le Max Linder a ouvert ses portes en 1914. Ce cinéma historique aux balcons vénitiens a aujourd’hui acquis un look plus moderne, l’un des plus grands écrans panoramiques de Paris, des sièges en velours, et le fameux système son THX. La programmation propose un mélange de blockbusters internationaux et de films d’auteurs. D’ailleurs, si vous allez voir un blockbuster hollywoodien au Max Linder, on vous recommande de vous asseoir en mezzanine ou balcon pour profiter du confort de ce superbe cinéma.

24 Boulevard Poissonnière, 75009 Paris

M: Grands Boulevards (8, 9)

Studio 28

This image has an empty alt attribute

Studio 28 a ouvert ses portes en 1928 et a été le premier cinéma d’avant-garde à Paris. Rapidement, il est devenu une destination pour les poètes, les artistes, les réalisations et les admirateurs d’avant-garde. Jean Cocteau était un grand admirateur de ce petit cinéma caché dans le labyrinthe de Montmartre. En fait, le film très controversé L’Âge d’or de Buñuel a été présenté ici en 1930. Studio 28 a été le premier cinéma en France à introduire le système de cartes de fidélité en 1959.

Pour l’anecdote, Amélie Poulain était une spectatrice de ce cinéma : le personnage interprété par Audrey Tautou allait voir des films au Studio 28, qui a même émis des billets de cinéma spéciaux pour le tournage.

Si vous allez voir un film au Studio 28, rentrez tôt et profitez de la charmante terrasse, dont les murs sont recouverts de photos de Jean Marais, d’Alain Delon, de Catherine Deneuve et d’autres acteurs et actrices légendaires.

10 Rue Tholozé, 75018 Paris

M: Blanche (2) ; Abbesses (12)

L’Etna

This image has an empty alt attribute

Ce n’est pas vraiment une salle de cinéma, mais plutôt un atelier de cinéma expérimental, qui permet d’aborder la pratique du cinéma argentique, et organise différents événements cinématographiques. L’Etna est un espace communautaire géré par des cinéastes et autres passionnés de films sur pellicule. Lorsque vous entrez dans ce lieu empli de matériel des années 80, vous sentirez l’âme de tous les films qui y ont été projetés ou fabriqués. Vous y trouverez des tables de montage, des boites de pellicule, des cinéastes passionnés, tout ça dans une odeur de café et de cigarettes. Malgré l’hégémonie du cinéma numérique, les membres de l’Etna croient que le film analogique ne fait pas partie du passé. Il y est en effet bien présent et vivant.

Suivez leur calendrier d’événements (sur leur site Web ou sur Facebook). Les événements de L’Etna sont des projections de films expérimentaux réalisés par leurs membres et collaborateurs, parfois des performances.

71, rue Robespierre, 93100 Montreuil

M: Robespierre (9)

La Clef (Revival) 

This image has an empty alt attribute

Ce cinéma indépendant a survécu à de nombreux changements. Ouvert en 1990, il a été fermé en 2009 puis rouvert en 2010, puis le bâtiment a été vendu en 2015, finalement La Clef a été fermé en 2018. Récemment, le 20 septembre 2019, il a de nouveau été rouvert grâce à l’initiative du collectif de salariés, qui a lancé un projet de financement participatif. Au début, ce cinéma programme d’abord un cinéma engagé venu d’Afrique (Souleymane Cissé, Youssef Chahine). Aujourd’hui leur programme reste original et indépendant, proposant des films du monde entier, des rétrospectives et des projections thématiques.

34 rue Daubenton, 75005 Paris

M : Censier-Daubenton (7)

Le Champo

This image has an empty alt attribute

Un des cinémas parisiens les plus connus aujourd’hui, Le Champo ouvra ses portes en 1938 sur l’emplacement d’une ancienne librairie. Il devint rapidement populaire auprès des étudiants et en 1941, à la suite d’un incendie, le propriétaire installa le ‘rétro-reflex’, un système inédit de projection, dans la salle. Partenaire de Sorbonne Université et École normale supérieure, Le Champo tire fierté de l’engagement des jeunes dans son cinéma ainsi que du soutien des légendes du cinéma telles que Agnès Varda et Claude Chabrol.

Comme plusieurs autres cinémas dans le quarter Latin, de nos jours Le Champo compte deux salles, l’une sous l’autre. Le cinéma est connu pour ces rétrospectives dédiées aux grands réalisateurs comme Ingmar Bergman, Yasujirō Ozu, Kenji Mizoguchi, John Cassavetes; mais également pour sa diverse programmation qui offre de nombreux films classiques et cultes, et parfois des films contemporains. Le Champo est cependant peut-être mieux connu pour ces nuits thématiques qui se terminent au petit matin.

51 rue des Ecoles, 75005 Paris

M:  Cluny-La Sorbonne (10) ; Odéon (4, 10) ; Maubert-Mutualité (10)

La Filmothèque du quartier latin

This image has an empty alt attribute

Auparavant connu sous le nom de Quartier Latin, La Filmo fut rachetée par Jean-Max Causse en 2005 à la suite d’un désaccord avec l’autre co-fondateur du réseau Action.

Depuis son renouvellement en 2006, le cinéma joue un deuxième rôle dans le domaine du patrimoine cinématographique: sous le nom de Ciné Sorbonne il distribue des films classiques restaurés dans les salles françaises.

Dotées d’un style baroque et très unique (y compris des lampes tulipes et des dorures), les salles se sont également équipées de projecteurs haute définition (4K). Nommées en l’honneur de deux grandes stars Hollywoodiennes, les salles s’appellent Marilyn (la salle rouge) et Audrey (la salle bleue) et disposent de 97 et 60 places respectivement.

La programmation offre une vaste gamme de films classiques et cultes, ce qui inclut normalement des cycles traitant d’un genre particulier (les westerns ou les films noirs), des petites rétrospectives, et quelques films du moment. En plus, La Filmo accueille chaque mois une ‘leçon de cinéma’ où la séance est suivie d’une ‘leçon’ confiée à un spécialiste de l’analyse filmique.

9 rue Champollion, 75005 paris

M: Cluny-La Sorbonne (10) ; Odéon (4, 10) ; Maubert-Mutualité (10)

Reflet Médicis

This image has an empty alt attribute

Placé entre Le Champo et La Filmo, Le Reflet Médicis se trouve la rue Champollion, autrefois célèbre pour ces théâtres. Parmi les stars qui ont fait leurs débuts dans l’ancêtre du Reflet sont Gérard Philippe, Max Jacob et Maria Casarès. Le cinéma fait partie de la société Les Ecrans de Paris, (y compris aussi L’Arlequin, L’Escurial, Majestic Bastille and Majestic Passy) et compte trois salles, dont la plus grande a 150 places et la plus petite est dotée d’un ‘vitrail’ à la fois étrange et attrayant.

Contrairement à ces voisins, Le Reflet Médicis est particulièrement connu pour son dévouement au cinéma mondial. Sa large et diverse programmation offre des films et des documentaires classiques et contemporains, aussi bien que des mini-rétrospectives dédiées à des réalisateurs du cinéma mondial moins connus. Le Reflet offre également une prestigieuse rétrospective de la selection ‘Un Certain Regard’ du Festival de Cannes.

3 rue Champollion, 75005 Paris

M:  Cluny-La Sorbonne (10) ; Odéon (4, 10) ; Maubert-Mutualité (10)

Les 7 Parnassiens

This image has an empty alt attribute

Notre « chez nous ». Les 7 Parnassiens accueillent ÉCU – Le Festival européen du film indépendant et, vous l’aurez deviné, le cinéma compte sept écrans de 30 à 250 places.

La grande salle est équipé d’une scène et l’espace réception/la galerie d’art peut accueillir 180 personnes… l’endroit idéal pour notre festival!

Sa programmation consiste principalement en films contemporains de tous les coins du monde (normalement des long métrages européens et américains, avec quelques films du cinéma mondial en plus).

Le cinéma offre également des cycles un peu spéciaux, comme son cycle actuel (au moment de la rédaction) de courts métrages brésiliens. 

98 Boulevard du Montparnasse, 75014 Paris

M: Vavin (4) ; Edgar Quinet (6) ; Montparnasse Bienvenue (4, 6, 12) ; Notre Dame Des Champs (13)

Écoles Cinéma Club (Écoles 21)

This image has an empty alt attribute

Ces deux salles furent créées à la suite d’une restructuration d’une librairie et d’une agence de voyage en 1977. Au début, les deux salles, dont l’une se consacrait aux films américains en reprise, restaient indépendantes l’une de l’autre jusqu’à 1982, quand les deux salles s’unirent en un nom unique et devinrent des salles du groupe Action Cinéma. Le cinéma fut racheté et rebaptisé Le Desperado en 2011 par Jean-Pierre Mocky, qui dédia la programmation aux films français classiques et à ses propres films. C’était alors en 2017 que Ronald Chammah, déjà propriétaire du Christine 21, racheta le cinéma. Il le rebaptisa Écoles 21 et, récemment rénové, le cinéma compte deux salles de 90 à 110 personnes.

Les Écoles 21 a maintenant une programmation conjointe avec son cinéma sœur Christine 21. Chaque cinéma dispose d’une programmation thématique de films classiques et restaurés, normalement basés sur un genre, réalisateur, acteur ou pays en particulier. Écoles 21 offre une programmation divisée en deux: une salle est normalement dédiée aux films français classiques, l’autre aux films anglophones. En plus, le cinéma offre une sélection de séances de nuits qui sont d’habitude thématiques—ce sont normalement des films plus longs ou qui traitent de sujets pour adultes…

23 rue des Ecoles, 75005 Paris

M: Maubert-Mutualité (10) ; Cardinal Lemoine (10)

Le Grand Action

This image has an empty alt attribute

Ancienne salle de jeu de paume, le bâtiment était dans les débuts d’utilité publique en accueillant les États Généraux sous la Révolution française. Après avoir été tout brièvement un théâtre au début du vingtième siècle, avant lequel il abritait un bal populaire, il devint finalement un cinéma sous le nom du Meliès. D’autres changements de marque suivirent (Le Celtic, Le Jean Cocteau) avant que le groupe Action Cinéma l’ait racheté et rebaptisé en 1980. Le Grand Action a changé de propriétaire depuis, mais a gardé son nom : Le Grand Action.

Capable de projection en 35mm, 70mm et numérique 2K, Le Grand Action compte deux salles de cinéma aujourd’hui. Ses salles portent les noms du peintre surréaliste Henri Ginet et du pionnier de la conservation des films et cinéphile suprême Henri Langlois (sa sépulture à la cimetière Montparnasse est à voir absolument!), et disposent de 99 et 233 places respectivement. Sa programmation est peut-être plus conventionnelle que les autres cinémas indépendants dans le quartier Latin : elle offre des films classiques et contemporains, avec l’accent sur le cinéma français et Hollywoodien.

5 rue des Ecoles, 75005 Paris

M: Cardinal Lemoine (10) ; Jussieu (7, 10)

Christine Cinéma Club (Christine 21)

This image has an empty alt attribute

Mon favori personnel (Steven). Imprégné d’histoire, le Christine 21 se trouve sur un petit chemin et peut facilement passer inaperçu, surtout si on arrive avant 14h, son horaire d’ouverture. Autrefois membre du groupe Action Cinéma et partner actuel du cinéma susmentionné Écoles 21, Christine 21 est le cinéma préféré de l’auteur de romans policiers américain James Ellroy (The Dahlia noir, L.A. Confidential) . Le cinéma avoisine la maison dans laquelle Gertrude Stein habitait et conservait sa collection d’art pendant la Deuxième Guerre mondiale, de 1938 jusqu’à sa mort en 1946.

La plaque à l’extérieur du bâtiment se lit comme suit : ‘Dans cet immeuble habitaient Denis Allain, médecin de Louis XIV, et en 1780 Jean-Louis Carnot, commissaire de l’artillerie et de la marine à Toulon. La porte cochère du XVII Se. est classée et figure au répertoire des monuments historiques.’ De nos jours, le cinéma compte deux salles, l’une sous l’autre.

Dans la même veine de son cinéma sœur Écoles 21, sa programmation, divisée en deux, consiste en films classiques et restaurés, qui traitent de thèmes particuliers (genre, réalisateur, acteur, pays…). Christine 21 offre également des séances ciné-club. Contrairement à la programmation d’Écoles 21, qui est dévouée au cinéma français, Christine 21 tende à offrir plus de films américains classiques, mais offre également des films français ou même italiens de temps en temps.

4 rue Christine, 75006 Paris

M: Odéon (4,10) ; Mabillon (4) ; Saint-Michel Notre-Dame (4) Saint-Germain-des-Prés (4)

Close
Go top